logo easy3

Les dix malwares les plus actifs en France

Les malwares se suivent et ne se ressemblent pas. Chaque année apporte son lot de nouveaux virus et chevaux de Troie aux fonctionnements toujours plus ingénieux. Petit tour d'horizon des malwares les plus actifs sur le web hexagonal.

Les "mineurs" de crypto-monnaie en bonne position
Quatre places du classement (dont les deux premières) sont occupées par des "cryptominiers", des malwares qui utilisent à votre insu les ressources informatiques de votre ordinateur pour générer de la crypto-monnaie. Peu dangereux mais très répandu, le numéro 1 CoinHive a touché pas moins de 17% des organisations françaises en novembre 2018, soit presque une sur cinq !

Andromeda, Dorkbot, Conficker et Nivdort les passe-partout des hackers
Dans la suite de notre classement se trouvent deux vers et deux bots modulaires, des bouts de code dont l'objectif est d'ouvrir dans votre ordinateur une porte dérobée et d'y faire entrer automatiquement d'autres malwares ou un hacker qui pourra y exécuter le programme de son choix.

Emotet, la nouvelle terreur du phishing
Particulièrement persistant et difficile à détecter, Emotet arrive à la septième place. C'est un cheval de Troie qui permet entre autres aux hackers de former des réseaux de bots. Ces réseaux d'ordinateurs sont ensuite utilisés pour mettre des sites web hors service en envoyant des milliers de requêtes simultanées. Comme beaucoup d'autres malwares, Emotet se propage par phishing, ou hameçonnage. Une raison de plus pour toujours vérifier l'URL des sites que l'on visite et ne pas cliquer sur les liens suspects.

RoughTed, le spécialiste de la pub
Le seul spécialiste de la publicité de notre classement se trouve à la quatrième place. RoughTed peut s'infiltrer sur votre ordinateur après un simple clic sur une publicité pour ensuite... générer d'autres publicités sur votre navigateur. Polyvalent il peut aussi diffuser des cryptolockers (ces malwares qui prennent vos données en otage et vous demandent une rançon) et d'autres malwares d'escroquerie.

 

Partage :
Mentions légales