Contactez-nous au 01 44 09 99 30

Easy Service Informatique Recrute! ESPACE CLIENT

Face à la cybercriminalité, l’Etat lance une plate-forme d’aide aux victimes !

cybercrime

C’était l’une des dernières annonces d’Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat chargée du numérique du précédent gouvernement. L’Etat a lancé le mois dernier la plate-forme cybermalveillance.gouv.fr, destinée à mettre en relation les entreprises, particuliers et administrations victimes de cybercriminalité avec des prestataires privés. Cet outil qui est en fait une marketplace publique pour les entreprises privées de cybersécurité n’est encore disponible que dans la région Hauts-de-France (qui, pour rappel, regroupe les anciennes régions Nord-Pas-De-Calais et Picardie), mais elle devrait être étendue à tout l’hexagone au cours de l’automne prochain.

Une marketplace presque comme les autres
La plate-forme invite les victimes à décrire l’attaque qu’elles ont subie et en fonction de cette description sont dirigées vers des prestataires adéquats qui se sont préalablement inscrits. L’Etat n’ayant mis en place aucune procédure de certification ou d’évaluation a priori de ces prestataires, il compte sur un système de notes attribuées par les clients, comme sur TripAdvisor ou Uber. Il faudra donc dans un premier temps rester prudent et se renseigner autant que possible sur les entreprises indiquées par la plate-forme.

Une source de données pour mieux connaître les risques
En s’inscrivant sur ce site, les spécialistes de cybersécurité s’engagent à faire remonter aux services de l’Etat un certain nombre de données sur leurs interventions. Un système visant à fournir à l’ANSSI une vision plus complète des risques liés à la cybercriminalité et donc l’aider à mieux orienter ses efforts. L’une des seules sources d’informations sur ce risque était jusqu’alors celle des dépôts de plaintes, qui restent bien sûrs indispensables !

Commentaires